Textes > Poèmes Tristes > Douleur et souffrance de la maladie Poème

Douleur et souffrance de la maladie Poème

Douleur

Je ne peux me soustraire à la sentence amère.
Je m’y suis résigné : rien ne peut me sauver.
Assis là je l’attends. Il est proche maintenant.
Inutile de fuir ce qui scelle l’avenir.

En mon corps tremblant, sinistre avertissement,
Je sens son pas pesant, concerto de craquements.
La résonance sourde dans l’atmosphère lourde
Cadence les battements qui agitent mon sang.

Mais il s’en est allé et je suis épinglé
À l’arbre de douleur, une épine dans le cœur,
Eternelle agonie à l’orée de la nuit.

Crissements de métal soufflent un frisson glacial.
Sifflements de ses griffes lacèrent l’air vif.
Bruissements des rasoirs déchiquettent l’espoir.
Cisaillements des lames me font naître les larmes.

Aucun bruit à présent. Silence assourdissant
Forge la solitude, creuset de l’inquiétude.
Aurait-il renoncé ? Ou l’aurais-je rêvé ?
Seigneur de la douleur, abrège ma terreur !

Un mur vole en éclats et soudain il est là :
Créature d’argent hérissée de piquants.
Le tueur géant aux chromes aveuglants,
Eclaire mes cauchemars de son rouge regard.

Mille aiguillons s’abattent transperçant l’omoplate,
Et je sens les cisailles qui me saignent et me taillent.
Hurlent chairs meurtries mutilées par les scies.
Ecorchent les couteaux jusqu’à goûter mes os.

Il est temps que je crève, je supplie qu’il m’achève.

 

Autres articles dans cette catégorie Publié le Hits
Poème pour la perte d'un être cher
12-08-2010 17:00
64261
Douleur et souffrance de la maladie Poème
01-01-1970 12:10
20884

Découvrez nos beaux modèles de sms et textes de poésie

Amour... éternel et éphémère Il rêvait d'une rivière parsemée de lumière,
Il lui contait chaque jour tout son amour perdu,
S'écoulant, l'attirant, toujours plus loin en elle,
Une page blanche dans un livre, que personne n'avait lu...

" Tu vivras éternellement et sur...