Textes > Fêtes et Occasions > Poème pour une fête des mères en poésie

Poème pour une fête des mères en poésie

Message de poésie en poème à offrir à sa douce maman le jour de la fête des mères.

Un poème pour la fête des mères

Une maman est un cadeau du ciel
Une douce mère est une lumière sur terre
Les mamans sont pour l’enfant du miel
Les mères sont pour une famille un repère

Un poème pour la fête des mères est un message d’amour
Un cri du cœur pour la femme que j’aime depuis toujours
Une lettre pour la fête des mamans est une chanson romantique
Belles paroles en hommage à l’affection maternelle, un cantique

La mère est pour l’enfant une poésie dont chaque bisou est une rime
Les bras maternels sont pour le bébé une marelle contre la déprime
Les yeux de ma mère sont un refuge où j’aime me reposer
Le sourire de ma maman est un pays où la joie aime exploser

Maman d’amour je t’aime, tu es la reine de ma vie
Mère je t’adore, tu m’as donné l’envie d’avoir envie
Par ce petit poème je te souhaite une bonne fête des mères
Que la poésie de mes mots te dise combien de toi je suis fier

Poète et auteur de ce poème pour le jour de la fête des mères: Un enfant qui aime sa maman de tout son coeur... Hamoudi

 

Autres articles dans cette catégorie Publié le Hits
Poème pour demander pardon et présenter ses excuses
22-12-2009 12:10
389781
Poème pour un collègue qui part à la retraite
22-12-2009 12:00
27447
Poème en hommage à une personne décédée
22-12-2009 12:00
123005
idée de discours pour un départ à la retraite
22-12-2009 11:50
90168
Poème sur la mort par suicide
20-12-2009 20:40
30838
Poèmes pour la mort d'un être cher
20-12-2009 19:20
69706
Beau Poème pour un anniversaire
20-12-2009 15:40
26587
Poème pour une fête des mères en poésie
01-01-1970 17:30
12178
Poème et message pour une rupture, séparation
01-01-1970 13:20
87916

Découvrez nos beaux modèles de sms et textes de poésie

Douleur

Je ne peux me soustraire à la sentence amère.
Je m’y suis résigné : rien ne peut me sauver.
Assis là je l’attends. Il est proche maintenant.
Inutile de fuir ce qui scelle l’avenir.

En mon corps tremblant, sinistre avertissement,
Je...